Pierre-Victor Continsouza
Accueil
Accueil
Les Établissements Continsouza
 
Les débuts
  • Pierre-Victor Continsouza est né à Tulle en Corrèze le 10 Avril 1872. Il est le fils de Pierre-Claude Continsouza, qui exerce la profession de pâtissier à Tulle et de Anna Miette Conjat.
  • Il entre à l'École d'Horlogerie de Paris en 1887. A sa sortie de l'école il entre à la société Jules Richard, fabricant d'appareils de précision, qu'il quitte en 1893, date à laquelle il effectue son service militaire au 80eme régiment d'infanterie de Tulle.
  • En 1894 il entre à la société de mécanique Kusnik.
Bunzli et Continsouza 1896-1897
  • Les débuts d'auteur de Continsouza dans l'industrie cinématographique remontent au 28 Avril 1896, date à laquelle il dépose, auprès du bureau de la propriété industrielle, le brevet n° 255.937.
    Ce brevet présente un projecteur cinématographique, utilisant un système d'avance intermittente du film à croix de Malte à 5 branches.
  • En 1896 Pierre-Victor Continsouza et René Bunzli créés un atelier de mécanique de précision et s'établissent
    rue Fontaine au roi à Paris. Ils fabriquent sur commande pour différents concepteurs des caméras et des projecteurs cinématographiques ainsi que des phonographes.
  • Le 14 Novembre 1896 Continsouza associé à René Bunzli dépose un nouveau brevet, le n° 261.292, présentant cette fois-ci l'avance du film au moyen d'une croix de Malte à 4 branches.
Claude Grivolas et Pathé Frères 1897-1898
  • Un des concepteurs qui sous-traite à B&C est un industriel du nom de Claude Grivolas. En 1897, il leurs fait fabriquer une caméra 35 mm.
  • Il devient en Décembre 1897 actionnaire majoritaire et administrateur délégué de la société Pathé Frères transformée en Compagnie générale de cinématographes, phonographes et pellicules, Emile et Charles Pathé en sont les directeurs.
  • Ayant apparemment apprécié le travail de B&C, Claude Grivolas décide en janvier 1898, de prendre le contrôle de leur entreprise en souscrivant 2550 actions de 100 Frs dans cette société qui devient La Manufacture Française d'Appareils de Précisions. Cette manufacture, exploité par Bunzli et Continsouza, sera chargé de fabriquer les appareils cinématographiques vendus sous la marque Pathé. Cette société est établi boulevard de Belleville à Paris.

Le 31 Mars 1898 Pierre-Victor Continsouza épouse à Paris Louise Van Ballaert.

Manufacture Française d'appareils de Précisions 1898-1900
  • C'est au sein de cette structure que Bunzli et Continsouza fabrique un projecteur de leur conception en mettant en application leur système de croix de Malte à 4 branches, à cette époque à l'air libre. Ce projecteur dénommé Le Robuste, est le premier vendu par Pathé, il est présent au catalogue de la Manufacture en 1899 (Mannoni).
  • En 1900 une fusion est opérée entre la Compagnie générale de cinématographes et la Manufacture Française d'appareils de précisions. La société devient la Compagnie Générale de phonographes, cinématographe et appareils de précisions. La Manufacture Française d'appareils de précisions est dissoute.(Pathé, 1er empire du cinéma)
  • Il semblerait que la séparation entre Bunzli et Continsouza intervienne à cette époque.

Le Robuste

Continsouza chez Pathé 1900-1909
  • Pendant cette période les ateliers de fabrications mécanique sont établis au 9 rue des Envierges à Paris, toujours dans le quartier de Belleville, sous la direction de Pierre-Victor Continsouza, qui met au point et fabrique pour le compte de Pathé divers appareils cinématographiques: caméra 35 mm modèle 1903 et 1908, tireuse de film, machine à perforer les films, projecteur modèle anglais (1908) et bien sur le célèbre projecteur Pathé renforcé (1905).
  • Le Pathé renforcé est intéressant pour l'histoire de MIP, car les premiers projecteurs MIP seront des évolutions du Pathé renforcé.
Établissements Continsouza 1909
  • En 1909 la société Établissements Continsouza est créée. Continsouza en est nommé administrateur délégué. Cette société continuera à fabriquer les appareils Pathé mais fabriquera aussi pour d'autres sociétés dont Guilbert et Demaria-Lapierre.
  • En 1910 dépôt du brevet 428.849 au nom de la Compagnie Générale de Phonographes, Cinématographes et Appareils de précision concernant un système de cadrage fixe par rotation du bloc de croix de Malte et correction du déphasage de l'obturateur.
  • En 1912 mise sur le marché du cinématographe de salon Pathé KOK à film de 28 mm ininflammable, caméra et projecteur.
  • En 1913 mise en application du système à cadrage fixe dans un nouveau projecteur, le Pathé n°3, différent du Pathé renforcé.
1914-1918 La guerre
  • En 1914 Continsouza loue des bâtiments industriels à Tulle en Corrèze, sur le site de l'usine de La Marque pour y installer des ateliers de fabrication de fusée, obus et autres matériel de guerre.
  • En 1915 Continsouza est nommé membre de la Commission Supérieure des Inventions.
  • En 1916 il est membre de la commission extraparlementaire du cinématographe à l'école.
Usine de Lamarque 1917
Établissements Continsouza à l'usine de La Marque 1918-1925
  • Après la guerre Les Établissements Continsouza s'établissent 403 rue des Pyrénées à Paris, mais Continsouza décide d'acheter le site de l'usine de La Marque à Tulle, pour y produire des appareils de cinéma Pathé, des machines à écrire Contin ainsi que des pièces de bicyclette.
  • A l'Usine de La Marque seront produit des systèmes Pathé Baby au format de 9,5mm. Les projecteurs Pathé Baby seront mis sur le marché à Noël 1922.
  • Ce site sera productif jusqu'en 1925, Continsouza revendra les bâtiments en 1927.

 

Fin des Établissements Continsouza, création de la MIP
  • En 1925 mise sur le marché du Pathé Rural au format de 17,5 mm à film ininflammable.
  • En 1925 et 1926 Continsouza en association avec M. Combes fait des recherches sur un projecteur à défilement continu, ils déposent ensemble plusieurs brevets concernant ce projet qui n'aboutira jamais.

Le 26 Décembre 1927 à Paris, Pierre-Victor Continsouza épouse Jeanne Henriette Noé.

  • En Mars 1928 P.V. Continsouza en association avec les Établissements Louis Aubert constitue une société dénommée Mécanique Industrielle de Précision (M.I.P.). Il est probable que Continsouza se désengagea des Établissements qui portait son nom à cette époque.
  • En 1929 de grandes manoeuvres financières bouleverse l'industrie du cinéma. Les Établissements Continsouza dépendent de la Banque Nationale de Crédit (B.N.C.) envers laquelle ils sont débiteurs de même que la société Gaumont et la société Aubert-Franco Film qui elle-même résultait de la fusion des Établissements Louis Aubert et de la Franco Film, ceci se termine le 12 Juin 1930 par la fusion de ces 3 sociétés qui deviennent la Gaumont-Franco-Film-Aubert.
  • C'est ainsi que disparaît la raison sociale Établissements Continsouza.
Voir la suite de la carrière de Continsouza dans l'historique de La MIP.
haut de page  
Accueil
Accueil